Retour page d'origine sur biofeedback.fr
    Page d'accueil : BIOFEEDBACK.fr
 
    Autres infos : neurofeedback-informations.fr

Neurofeedback (ou Biofeedback EEG) comparé au "NeurOptimal" de Zengar Institute

Avant de passer au comparatif, voici des informations extraites de la documentation officielle de l'Institut Zengar. Vous constaterez aisément que les informations diffusées sur les sites web français sont (volontairement ?) en contradiction avec la version officielle !

« Le neurofeedback dynamique n'utilise pas de feedback pour dire au cerveau ce qu'il doit faire mais donne des informations au cerveau sur son activité, informations que le cerveau utilisera ou pas pour s'ajuster lui-même. »
« NeurOptimal n'est pas un traitement médical, pas plus qu'un appareil médical ou une méthode médicale. Il n'a été approuvé par aucun organisme pour des interventions thérapeutiques ou médicales. »

Les textes originaux en anglais de ces précisions particulièrement importantes, ainsi que d'autres informations très intéressantes, sont téléchargables au format PDF ici et ici.

COMPARATIF  
Neurofeedback
ou Biofeedback EEG
 
 
Système/méthode
de l'Institut Zengar
 
Encodeur et
fréquence d'échantillonnage
- ProComp (5 ou sup.) de Thought Technology
- NeXus-10 de Mind Media
- Atlantis (I ou II) de BrainMaster
- I-330 C2+ (6 ou 12) de J&J Engineering

Tous ont un échantillonnage en 1024 Hz, 2048 Hz ou plus.
Un encodeur peut cependant avoir une fréquence de 512 ou 256 si le nombre d'électrodes est important.
NeurOptimal (ou NeuroCare Pro auparavant) :
encodeur zAMP = 256 éch./sec. = 256 Hz.

Note : une fréquence de 512 Hz minimum ainsi que des résolutions en 16 ou 24 bits offrent une précision beaucoup plus importante, préférable en EEG (surtout quand on enregistre les signaux de 1 ou 2 électrodes sur le scalp)...
Protocoles utilisés
durant les séances
En fonction de la pathologie ou des objectifs, un choix est fait parmi les protocoles reconnus pour leur efficacité.
 
Ces protocoles, utilisés depuis de nombreuses années, sont référencés dans les formations accréditées par la BCIA et détaillés dans des ouvrages ou publications...
Le "Neurofeedback Dynamique" est une méthode exclusive à l'Institut Zengar, gérée par un logiciel spécial reposant sur un fonctionnement très particulier.
 
On peut lire que l'algorithme à la base de cette méthode serait proche du fonctionnement naturel du cerveau. (!?)
À partir de quel âge ? Aux alentours de 4 ans.
Il faut pouvoir comprendre le mécanisme du feedback, donc ce qu'il faut faire ou pas.
Dès 2 mois.
C'est possible si jeune car ce n'est pas du neurofeedback.
Électrodes :
nombre et position
1, 2 ou 4 électrodes sur le scalp, avec un montage référentiel (monopolaire) ou séquentiel (bipolaire).
 
En neurofeedback, les électrodes sont placées sur les zones du cerveau qui correspondent au dysfonctionnement responsable de la pathologie ou les zones sur lesquelles un training permettra d'optimiser ses performances.
2 électrodes sur le scalp (en C2 et C4), quelles que soient les raisons à l'origine des séances.
 
Comment, avec un placement standard, le cerveau peut-il s'ajuster et résoudre différentes pathologies dans la mesure où les "turbulences" détectées sont situées uniquement au-dessous de 2 électrodes, donc non représentatives du fonctionnement de l'ensemble du cerveau ?
Rythmes cérébraux ciblés En fonction de la pathologie ou des objectifs, on travaille sur certaines plages de fréquences en plaçant des seuils... Les rythmes de 0 à 42 Hz sont pris en compte, en même temps et pour les 2 hémisphères. (!?)
Principes généraux
(résumés)
- Au cours des séances, participation effective et continuelle du sujet en fonction du feedback afin d'augmenter ou de diminuer l'amplitude de bandes de fréquences spécifiques dans une région du cerveau.
- L'entrainement permettra ainsi au cerveau, suivant les cas, de retrouver un fonctionnement normal ou d'optimiser ses performances.
- Au cours des séances, passivité totale du sujet par rapport au fonctionnement du logiciel (il peut lire, écouter de la musique, ne rien faire de particulier ou même dormir).
- Le logiciel détecte des "turbulences" dans le cerveau, ce qui provoque des micro-coupures imperceptibles de la musique, ayant pour effet de réguler automatiquement le fonctionnement du cerveau, selon les théories de Zengar.
Efficacité - Le neurofeedback est une méthode ayant fait l'objet de nombreuses études scientifiques depuis de nombreuses années. Disponibilité d'une grande quantité de publications réalisées par d'éminents spécialistes...
 
- Organismes, mondialement reconnus, chargés de la diffusion du biofeedback et du neurofeedback (définitions, principes, études, formations...) : AAPB, BCIA, ISNR.
- Aucune évaluation scientifique rigoureuse ! Méthode non reconnue encore actuellement. Son efficacité ou ses résultats reposent essentiellement sur des témoignages...
- Site officiel : www.zengar.com ou www.neuroptimal.com
 
Note : les sites web français font tous référence aux travaux sur le neurofeedback (biofeedback EEG) mais sans indiquer clairement au public qu'ils n'ont pas été réalisés avec la méthode Zengar et le NeurOptimal (ou le NeuroCare) !
Indications
(et diagnostic)
- Le neurofeedback n'est indiqué que dans certaines pathologies. De plus, le niveau d'efficacité du NFB varie en fonction des pathologies : classement du niveau 1 au niveau 5, le niv. 5 étant l'efficacité maximale. Seules les TDAH sont classées niveau 5 (voir sites AAPB et ISNR).
- Avant d'entreprendre des séances de NFB, de plus en plus souvent un EEG quantitatif (EEGq ou QEEG) ou un LORETA sont réalisés afin de poser le diagnostic et de choisir un protocole adapté.
- Au fil des séances, un contrôle continu de la progression et des résultats est effectué pour une adaptation éventuelle du protocole ou pour constater la réalisation des objectifs et décider de mettre fin aux séances...
- Bien que le NeurOptimal ne soit pas un procédé thérapeutique, des résultats positifs auraient cependant été constatés. Peut-on pour autant les attribuer aux effets théoriques de cette méthode ou sont-ils le fruit d'autres processus psychophysiologiques ?
- Aucun diagnostic avant d'entreprendre des séances et aucun contrôle des résultats obtenus au niveau de l'EEG. C'est le client qui décide de commencer des séances et d'y mettre fin.
- Pour les utilisateurs de cette méthode, un EEG quantitatif est inutile. La notion de normalité du cerveau est rejetée, seules les "turbulences" ont de l'importance. C'est le cerveau lui-même qui est capable de se réguler (à condition toutefois qu'il accepte de s'ajuster ?).
Praticiens et
formations
1) Aux USA et dans de nombreux pays :
- psychiatres, neurologues, etc. ou des techniciens sous le contrôle de médecins ;
- préparateurs sportifs, etc. pour des applications non thérapeutiques ;
- nombreux sont les praticiens certifiés par la BCIA ;
- utilisation de systèmes homologués par la FDA et dont la vente est réglementée.
 
2) En France :
- praticiens très rares, et encore plus rares sont ceux ayant effectué une formation accréditée par la BCIA.
- Toute personne peut acheter (ou louer) le système, sans aucune restriction et sans compétence particulière.
 
- Le système, info souvent répétée, fonctionne tout seul. C'est sa particularité et, surtout, ce qui en fait sa force (?). C'est aussi ce qui en ferait un système de dernière génération !...
 
- Des "formations" internes sont proposées en option.
 
- En France, de nombreux professionnels proposent cette méthode, certainement en raison de la facilité avec laquelle il est possible d'ouvrir un cabinet...

comparatif 1
comparatif 2

REMARQUE IMPORTANTE (section ajoutée le 04/07/2018)
 
S'il ne fallait retenir qu'une seule chose, c'est bien ce point capital : toute la méthode repose sur l'existence de « turbulences » dans le fonctionnement du cerveau. Ainsi, un simple enregistrement EEG devrait montrer, sur son tracé, la survenue de ces turbulences, leur aspect, et les effets de l'interruption de la musique sur celles-ci. Mais voilà, jusqu'à maintenant, à part quelques dessins trouvés sur des sites Web ou dans des bouquins, aucun enregistrement EEG n'est disponible ! Même une demande faite auprès des hauts responsables de l'Institut Zengar ne permet d'obtenir le fichier d'un EEG, voire de simples photos extraites d'un EEG, montrant ces fameuses « turbulences » ? Exemples d'électroencéphalogrammes commentés sur EEG Atlas online.
 
Conclusion : NeurOptimal est une méthode basée sur quelque chose qui n'existe pas ! Jusqu'à preuve du contraire...
Partant de cette constatation, on peut donc logiquement en déduire que le logiciel fonctionne de façon aléatoire ou à partir de séquences préétablies ! Ce qui expliquerait pourquoi les algorithmes du logiciel sont tenus secrets. Jusqu'à preuve du contraire...
 
Sur le site officiel du NeurOptimal / Zengar Institute, retrouvez ces infos :
 
NeurOptimal works with brain instabilities, not amplitudes or any other linear measures used by olderstyle neurofeedback systems. As the brain starts to move into an instability in a particular frequency range (we call these "targets"), the sound pauses very briefly and the image changes. The brain immediately brings itself "back to the present"... NeurOptimal works with real-time Joint Time Frequency Analysis (JTFA) in a special way that accurately and precisely captures the "event-structure" of our brainwaves. (...) The data of other systems, (you can import their data and look at it in NeurOptimal) looks incredibly "smeary" in comparison, when viewed through the sharp eye of NeurOptimal. When brain activity shows signs of turbulence, the music within the NeurOptimal neurofeedback software is momentarily interrupted. This subtle cue alerts your brain that it is operating inefficiently. Inconsistency, or abrupt changes in electrical activity in the brain, undermines optimal functioning of the brain. NeurOptimal detects these abrupt changes and informs the brain of these sudden shifts through interruptions in the sound you are listening to.
 
Une étude "Scoping Study on OPERATION NeurOptimal OF Zengar", de Rubén Pérez-Elvira, démontre que NeurOptimal fonctionne même avec des peluches ! Oui, vous avez bien lu, des peluches. Placez des électrodes sur une peluche, lancez le logiciel, et NeurOptimal réorganise le fonctionnement du cerveau de la peluche. Alors, c'est génial n'est-ce pas ?

AUTRES COMMENTAIRES
 
- Sur les sites Web français du NeurOptimal, on exploite généreusement le résultat des recherches sur le neurofeedback (biofeedback EEG) pour faire la promotion d'une méthode totalement différente issue de l'Institut Zengar. Par ailleurs, chaque utilisateur est encouragé à réaliser un site Web et incité ensuite à créer un lien pointant vers un annuaire afin d'influer sur Google (voir site de l'ADNF). Vous avez donc toutes les chances d'arriver sur du "Neurofeedback Dynamique" en cherchant des informations sur le Neurofeedback. L'abondance de ces sites a pour effet de rendre cette méthode virtuellement particulièrement intéressante et donc certainement très efficace...
- Concernant la profusion de témoignages non vérifiables sur les sites Web, ceux-ci ne sont là que pour palier l'absence d'études scientifiques et surtout attirer les clients. Dans les premières pages d'un ouvrage récent sur le NeurOptimal, les auteurs n'ont pas hésité à citer un témoignage proclamant que « les résultats obtenus tiennent du miracle, c'est mieux que Lourdes » ! Ainsi, nombreuses sont les personnes tentées par cette méthode pour traiter un problème pour lequel les autres thérapies ont échoué ou n'ont pas donné les résultats espérés...
- Je pense utile de devoir vous apporter le témoignage (reçu par courriel) d'une personne ayant acheté le système, car trop éloignée d'un cabinet. Cette personne écrivait n'avoir obtenu aucune amélioration au bout de 130 séances (!). Ce témoin comprenait mieux pourquoi et regrettait de ne pas avoir lu les différentes pages de mes sites auparavant...
 
Pour affiner votre jugement si nécessaire, vous trouverez également la description de plusieurs informations erronées propagées sur les sites français du "Neurofeedback Dynamique" au lien supplément sur cette page.
 
Quelques perles supplémentaires écrites par des utilisateurs professionnels de cette méthode :
 
- « On réalise un mini EEG ». Cette information est totalement fausse ! En effet, les signaux enregistrés au niveau d'une électrode correspondent à l'activité des neurones situés à proximité immédiate de cette électrode. Il est donc impossible et faux de prétendre faire ne serait-ce qu'un mini EEG avec 2 électrodes (en C3 et C4). Sachez que pour faire un mini EEG quantitatif (Quick QEEG ou MiniQ), il est nécessaire de déplacer 4 électrodes sur le scalp, ou d'utiliser un bonnet à électrodes avec un dispositif permettant d'enregistrer l'activité cérébrale dans plusieurs régions. Et pour un EEG quantitatif (QEEG ou EEGq), il faut 19 électrodes...
- « Le logiciel enregistre des turbulences ou des variations dépassant la moyenne de 250 neurones en activité par seconde » (texte d'une personne certifiée Advance Trainer par Zengar). En réalité, il est impossible de comptabiliser le nombre de neurones en action sous une électrode. Ce qui est détecté, enregistré et interprété, ce sont des fréquences et des amplitudes générées par une population de neurones...
 
Faut-il en rire, le déplorer ou s'en inquiéter ?
Dans la mesure où il y a tromperie, dans le fait d'utiliser des informations sur le neurofeedback (biofeedback EEG) pour faire la promotion d'une méthode totalement différente, et également tromperie, en diffusant de fausses informations, sans parler des témoignages de guérisons, je pense qu'il faut sérieusement s'en inquiéter.
 
Vous tomberez peut-être sur le site de cette personne, se proclamant spécialiste de renommée internationale dans son domaine (et utilisatrice du système Zengar), qui n'a pas hésité à copier de nombreux passages de mes pages ainsi que des images personnelles, sans mentionner leur provenance ou son auteur et sans aucune autorisation ! Vous avez dit spécialiste ?

Ce tableau comparatif et mes différentes informations n'auraient pas été nécessaires si toutes les personnes se réclamant de la méthode Zengar s'en tenaient strictement au contenu du site officiel. En effet, le site de l'Institut Zengar est beaucoup plus sérieux. De toute façon, en Amérique, Valdeane W. Brown ne prendrait certainement pas le risque de faire autrement. Enfin, concernant les théories à la base de cette méthode, des études sérieuses doivent être menées pour les valider, au lieu de se contenter de simples témoignages ou de rapports internes.

- Neurofeedback méthode Othmer -
 
- Il existe une branche du neurofeedback, initiée par les Drs Othmer.
- Les applications se font avec l'encodeur NeuroAmp et le logiciel Cygnet.
- Les protocoles standards sont utilisés avec différents feedbacks (animations, jeux, feedback tactiles). Certains protocoles sont cependant employés avec des paramètres différents, propres à l'école Othmer.
- Le montage bipolaire est privilégié ainsi que le training des SCP (Slow Cortical Potentials) et des ILF (Infra-Low Frequencies).
- Très peu de praticiens en France (en juin 2014) et, parmi ceux-ci, certains font aussi dans le NeurOptimal ! Il faut dire que les Drs Othmer semblent avoir quelques affinités avec les théories de Zengar... D'ailleurs, dans la liste des praticiens indiqués sur le site Web Suisse (.ch), on ne fait pas la différence entre utilisateurs des protocoles Othmer et utilisateurs de la méthode Zengar !
- Une certification interne est proposée et la vente du système serait conditionnée...
- Site officiel : www.eeginfo.com
> Lire autres infos au bas de la page de « définitions officielles » (en lien sur la page d'accueil).

 
Page mise en ligne le 10 juillet 2014
Ajout de 2 images explicatives le 25/11/2015
Infos supplémentaires ajoutées le 27/05/2018

 
J-L D

Retour page d'origine sur biofeedback.fr    
Page d'accueil de BIOFEEDBACK.fr    
 
Autres infos : neurofeedback-informations.fr