Note

La copie de paragraphes entiers de mes sites,
ainsi que des images, est strictement interdite.
 
Sur demande, une autorisation peut éventuellement être accordée.
 
Cependant, de courts extraits peuvent être reproduits à condition d'en indiquer l'origine...
 
 

 

Suite page 2 >> 

 Neurofeedback or not? - Neurofeedback ou pas ?

Comment différencier les méthodes relevant bien du neurofeedback de
celles qui n'en sont pas ? En effet, les équipements peuvent parfois être identiques, ou presque, à ceux utilisés en neurofeedback alors que la méthode employée n'entre pas dans le domaine du biofeedback EEG...

   Le 22 mai 2011
 
  Caractéristique fondamentale du biofeedback et du neurofeedback
 
• Le fondement de cette méthode repose sur le principe suivant :
c'est en utilisant activement et consciemment les "informations en retour"
(le feedback) délivrées par un appareillage qu'il est possible d'agir volontairement sur le fonctionnement de son corps. Ce n'est donc en aucun cas l'appareil qui agit sur le corps mais bien la personne elle-même par les informations qu'elle reçoit du système. Je me dois d'insister en ajoutant ces précisions complémentaires : contrairement à un appareil permettant d'obtenir des informations sur le fonctionnement d'un organe afin d'en tirer un diagnostic ou bien de délivrer une impulsion électrique, un produit chimique ou un rayon laser, destinés à agir sur cet organe, en biofeedback le système ne délivre que des informations.
 
• Ainsi, il est bon de rappeler que :
- en biofeedback EMG, c'est grâce au retour des informations sur la contraction ou le relâchement d'un muscle que l'on va pouvoir agir sur ce muscle pour le contracter ou le relâcher ;
- en biofeedback TEMP, c'est grâce au retour des informations sur la température d'un membre (la main par exemple) que l'on va pouvoir agir sur ce membre pour en augmenter (généralement) la température ;
- en biofeedback HRV, c'est grâce au retour des informations sur la variabilité de la fréquence cardiaque que l'on va pouvoir agir pour augmenter ou diminuer le rythme des battements du cœur ;
- etc.
 
• Et le biofeedback EEG (dont la naissance remonte à la fin des années 60) repose strictement sur le même principe. Prenons un exemple simple : en apprenant à focaliser et à maintenir son attention sur une chose précise, le logiciel préviendra de tout relâchement de l'attention (feedback en temps réel), ce qui permettra à l'individu de faire le nécessaire pour se concentrer de nouveau. Grâce à cette "boucle de feedback", c'est l'individu qui a la maîtrise de la situation, c'est lui qui agit sur le fonctionnement de son cerveau...
 
• Comme vous pourrez (ou avez pu) le lire sur les pages de ce site, les différents moyens permettant d'agir sur soi sont : des techniques mentales et/ou des exercices musculaires et/ou des exercices respiratoires. C'est donc par la pratique, l'entraînement, l'expérience, l'apprentissage que l'on va pouvoir progressivement modifier un fonctionnement physiologique...
 
• Certes, en neurofeedback, quelques protocoles1 peuvent variés d'un praticien à un autre, en fonction d'une affinité pour les travaux d'un chercheur ou d'un spécialiste, mais le principe de base reste toujours le même.
Bien que le neurofeedback soit la partie la plus complexe du biofeedback, son application est heureusement facilitée par des appareils très performants et des logiciels sophistiqués. Voir chapitre "professionnels"
De plus, il faut savoir que la majorité des praticiens du neurofeedback utilisent également les autres formes de biofeedback...
Enfin, si l'on peut dire que le neurofeedback est une neurothérapie, on ne peut pas en déduire que l'inverse est vrai. Toute neurothérapie n'est donc pas systématiquement du neurofeedback.
 
• Que d'autres méthodes soient plus efficaces dans le traitement de pathologies relevant du fonctionnement cérébral, cela est tout à fait possible. Mon objectif ici n'est pas de juger de la validité des résultats obtenus par telle ou telle méthode, mais uniquement de démontrer qu'une méthode relève ou pas du neurofeedback.
 
1. Un protocole, dans le cas du neurofeedback, est un ensemble de choix portant sur différents paramètres : un montage EEG, des exercices, une sélection de rythmes cérébraux, une durée...
 
Abréviations utilisées habituellement :
  BFB pour BioFeedBack - NFB pour NeuroFeedBack
  NFT pour NeuroFeedback Training

  RÉFÉRENCES
 
Je vous invite bien sûr à vérifier les informations mentionnées sur cette page en visitant en priorité les sites de l'AAPB, de l'ISNR et de la BCIA.
Procurez-vous si possible les ouvrages indiqués en page 2 du chapitre bibliographie. Sur le Web, recherchez les publications rédigées par des spécialistes reconnus du neurofeedback tels que : Thompson, Kamiya, Lubar, Demos, Peper, Rosenfeld, Monastra, Budzynski, Peninston...
 
Quelques extraits
 
> www.aapb.org/consumers.html
 
How to distinguish legitimate biofeedback/neurofeedback devices
The market of biofeedback devices has become flooded with a number of machines purporting to be biofeedback instruments when, in fact, they either operate on different principles or else provide an unconventional form of "feedback" to the individual. In this article, Penn State University Research Associate, Dr. Tania Slawecki helps consumers sort out what is real biofeedback from other methods being called "biofeedback" that may not be.
  Note : vous trouverez un PDF en téléchargement
 
> www.isnr.org/information/index.cfm
 
Definition of Neurofeedback
Like other forms of biofeedback, NFT uses monitoring devices to provide moment-to-moment information to an individual on the state of their physiological functioning. The characteristic that distinguishes NFT from other biofeedback is a focus on the central nervous system and the brain. Neurofeedback training (NFT) has its foundations in basic and applied neuroscience as well as data-based clinical practice. It takes into account behavioral, cognitive, and subjective aspects as well as brain activity.
...
Being a self-regulation method, NFT differs from other accepted research-consistent neuro-modulatory approaches such as audio-visual entrainment (AVE) and repetitive transcranial magnetic stimulation (rTMS) that provoke an automatic brain response by presenting a specific signal. Nor is NFT based on deliberate changes in breathing patterns such as respiratory sinus arrhythmia (RSA) that can result in changes in brain waves. At a neuronal level, NFT teaches the brain to modulate excitatory and inhibitory patterns of specific neuronal assemblies and pathways based upon the details of the sensor placement and the feedback algorithms used thereby increasing flexibility and self-regulation of relaxation and activation patterns.
...
This definition was ratified by the ISNR Board of Directors on January 10, 2009 and edited on June 11, 2010
 
• Vous trouverez, sur ce site exceptionnel, les réponses à toutes vos questions sur le neurofeedback : www.aboutneurofeedback.com
 
• Autres informations sur le neurofeedback en France :
> www.neurofeedback-informations.fr
 
• Courriel reçu peu avant la rédaction de cette page :
 
Un spécialiste américain, que je sollicite de temps en temps, insistait une nouvelle fois dans son dernier message en écrivant : « le neurofeedback est un processus d'apprentissage actif qui nécessite qu'un individu visualise, en temps réel, sa propre activité électroencéphalographique pour permettre une auto-régulation. »
Il ajoutait par ailleurs : « des systèmes de neuromodulation peuvent aussi se révéler être des procédés efficaces de neurothérapie ».

Tableau comparatif entre le neurofeedback (biofeedback EEG) et le NeurOptimal ou "Neurofeedback Dynamique" de l'Institut Zengar.
Cela permet de faire le lien entre cette page et la page 2 de ce
chapitre consacré à la question : neurofeedback ou pas ?
- 10 juillet 2014 -
 
>> Comparatif <<

  Un exemple d'utilisation contestable du terme neurofeedback
 
> Voir page suivante...

Suite page 2 >> 

   J-L Drouet
 
   www.biofeedback.fr
   www.biofeedback-relaxologie.info
 

 

 
© J-L Drouet   -:-   22 mai 2011 et 10 juillet 2014