Lexique

EDG =
électrodermogramme
 
GSR =
Galvanic Skin Response
(réponse galvanique de l'épiderme) <=> RPG
 
RPG =
rép. psycho-galvanique
 
ECG =
électrocardiogramme
(parfois écrit EKG)
 
HR =
Heart Rate (fréquence cardiaque) <=> FC
 
FC =
fréquence cardiaque
 
HRV =
Heart Rate Variability (variabilité du rythme cardiaque)
 
VFC =
variabilité de la fréquence cardiaque
 
EEG = électroencéphalogramme
 
HEG = hémoencéphalogramme
 
EMG = électromyogramme
 
BVP =
Blood Volume Pulse (pouls du volume sanguin)
 
PPG =
photopléthysmographe
 

 

En pratique - Page 2   
 

Suite

Biofeedback thermique (thermographique) ou biofeedback de la température cutanée : une sonde est placée généralement au niveau de la main. Ce biofeedback est surtout utilisé pour permettre une élévation volontaire de la température par autosuggestion, des évocations mentales ou la visualisation. En effet, cette possibilité d'agir sur la température corporelle est utilisée notamment dans le syndrome de Raynaud, pour le réchauffement des mains.

Biofeedback EEG ou neurofeedback : des électrodes sont placées sur le cuir chevelu afin d'enregistrer l'activité électrique du cerveau. Au cours d'une séance de neurofeedback, on utilise de 1 à 4 électrodes actives (sur le scalp) et des montages séquentiels (bipolaires) ou référentiels (monopolaires), en fonction des applications et des protocoles.
La position des électrodes sur le scalp est déterminée par le "système international 10-20". Comme vous le voyez, ce type de biofeedback est le plus délicat à utiliser en raison de sa complexité. De plus, sa mise en œuvre est plus longue : préparation du cuir chevelu, pose des électrodes, test d'impédance, stabilisation...
En biofeedback EEG, les exercices portent principalement sur les rythmes alpha (α), SMR, bêta (β) et thêta (θ). Le but d'un entraînement par biofeedback EEG est de contrôler (maintenir ou augmenter) certaines ondes cérébrales pour une meilleure maîtrise de soi, faciliter la concentration mentale, résoudre des problèmes de déficits de l'attention, etc. En fonction des cas (sujets déprimés, anxieux, dans une situation de stress permanent), l'entraînement portera sur la cohérence de l'activité des lobes droit/gauche, sur la cohérence frontale, sur la cohérence fronto-temporale droite... En ce qui concerne le feedback, celui-ci est souvent sonore, en particulier lorsqu'il s'agit de travailler sur le rythme alpha : audition d'une musique ou d'un son si la fréquence sélectionnée est atteinte ou, autre méthode, arrêt du feedback sonore lorsque le but est atteint. (ci-dessous, tableau J-L D)

EEG
 
Ci-dessus, les fréquences < 4 Hz et > 35 Hz n'ont pas été prises en compte.
Ce sont là les principaux rythmes utilisés en biofeedback.
Parfois, une production d'alpha stabilisé est possible yeux ouverts.
Il a été observé des rythmes inattendus dans les états méditatifs...

 
> Autre tableau <

Biofeedback HEG ou hémoencéphalographique (un autre type de neurofeedback) : c'est un système spectrophotométrique qui enregistre les variations du flux sanguin dans le cerveau. Cette technique a ses limites et également ses avantages par rapport à l'EEG. Le biofeedback HEG est complémentaire du biofeedback EEG dans le traitement de certaines pathologies.

Biofeedback ECG : c'est le rythme cardiaque qui est donc enregistré.
L'acquisition se fait souvent (pour des raisons de simplicité) à l'aide d'un photopléthysmographe, capteur fixé à l'extrémité d'un doigt, ou au lobe d'une oreille, et analysant le flux sanguin par un rayon infrarouge. Cependant, cette acquisition est de meilleure qualité et plus fiable avec des électrodes ECG. Le rythme cardiaque est la fonction physiologique la plus facile à contrôler. Des exercices de relaxation vont permettre de ralentir le rythme cardiaque, mais c'est surtout avec des exercices respiratoires que l'on pourra agir très efficacement. Le biofeedback est l'outil idéal pour obtenir une représentation visuelle du rythme cardiaque et rendre son contrôle plus facile. Mais il est un domaine dont on parle de plus en plus, celui de la « cohérence cardiaque » et des techniques qui permettent de l'obtenir en favorisant l'équilibre entre les systèmes sympathique et parasympathique ainsi qu'une bonne variabilité des rythmes du cœur...

> VFC : calculs et schéma <

Historique du biofeedback HRV (VFC) et naissance de la
« cohérence cardiaque » et de la « résonance cardiaque ».
• Le biofeedback HRV fit ses débuts en Russie dans les années 90 avec le Cardiosignalizer, appareil mis au point par la société Biosvyaz (lien en bas de page). Mais les recherches sur la HRV remontent à 1975, sous l'impulsion du physiologiste russe Evgeny Vaschillo. Vers 1983, Vaschillo fit des études sur des cosmonautes concernant l'influence bénéfique d'une amplitude élevée des battements cardiaques, puis chez des enfants asthmatiques. Il élabora un modèle permettant d'identifier une « fréquence de résonance du cœur ». La technique permettant d'obtenir cette fréquence spéciale : une respiration diaphragmatique à un rythme compris entre 5 et 7 par minute.
• En 1992, un chercheur américain, Paul Lehrer, qui lui aussi étudiait la HRV, se rendit en Russie et rencontra, un peu par hasard, les membres de la société Biosvyaz. Les recherches de Lehrer portaient sur l'arythmie sinusale respiratoire (ASR) et son influence dans l'asthme. Cette étonnante rencontre permit de nombreux échanges d'idées, de points de vue...
De retour aux USA, Lehrer, très intéressé par les travaux de Vaschillo, constata par ses propres expériences que la technique des Russes était efficace ! Avec Richard Gevirtz, un autre chercheur, ils firent d'importantes études dans ce domaine... Un peu plus tard, Lehrer, Gevirtz et Vaschillo travaillèrent ensemble aux USA. Les résultats de leurs travaux firent l'objet de nombreuses publications.
• Dans la même période, d'autres chercheurs commencèrent à s'intéresser au biofeedback HRV, mais avec parfois des approches différentes ou d'autres théories. Ainsi, l'Institut HeartMath, fondé en 1991, proposa son premier appareil en 1993. Les applications étaient orientées vers la gestion du stress et la régulation émotionnelle... Le concept de cohérence cardiaque se répandit alors très rapidement. Dans la même période, d'autres entreprises lancèrent leurs appareils sur le marché...  

>>> Les différents types de biofeedback ECG <<<
VFC (HRV), ASR (RSA), cohérence, résonance
Un résumé pour s'y retrouver
>>> Voir aussi le supplément sur la résonance cardiaque <<<
au bas de cette page
...

HRV (en français VFC ou VRC)...
En prenant votre pouls durant une minute, vous allez obtenir un nombre de battements par minute (70 bpm par exemple). Cependant, il faut savoir que le temps entre chaque battement est variable, bien qu'il vous soit impossible de calculer cette variabilité de la fréquence cardiaque à partir de la simple prise du pouls. Par conséquent, le signal capturé est analysé afin de déterminer le temps qui sépare un battement du suivant. Puis, des calculs complexes (Transformée de Fourier ou autres) vont permettre de déterminer la variabilité de la fréquence cardiaque.
Une révolution cardiaque forme un pic appelé R. Un intervalle de temps entre deux pics est appelée RR. Une série de RR, appelée tachogramme, est donc constituée de signaux extraits d'un électrocardiogramme. La HRV (ou VFC) est mesurée à partir du tachogramme.
• La variabilité de la fréquence cardiaque, sous l'influence de la respiration, est connue sous le nom d'arythmie sinusale respiratoire (ASR), depuis les années 60. [Arythmie pour trouble ou perturbation du rythme et sinusale pour sinus du cœur ou nœud sinusal]. En effet, la respiration influence le rythme cardiaque avec une accélération à l'inspiration et un ralentissement à l'expiration. L'ASR n'est donc pas la même chose que la cohérence cardiaque. Pourtant, l'ASR est parfois assimilée à la cohérence cardiaque. Pas toujours très cohérent tout ça ?
De nos jours, les progrès de la technologie et de l'informatique permettent de visualiser cette variabilité facilement et sous différentes représentations.
• Ci-dessous, l'exemple d'une variabilité de la fréquence cardiaque, avec et sans cohérence (HeartMath), puis la représentation finale d'un test de l'équilibre du système neurovégétatif. Il existe d'autres représentations de ce test...

HRV
 
HeartMath - HRV avec et sans cohérence
 
HRV
 
CardioLogix - L'équilibre est situé en zone 5
 

Cardiosignalizer et Biosvyaz :
> smetank.in  en anglais
 

Page supplémentaire sur la
« résonance cardiaque »
 

 

 
© J-L Drouet   -:-   Septembre 2007